• Œuvre de miséricorde : abreuver l'assoiffé.

    Jeudi 3 mars

    Aujourd'hui, découvrons Jeanne Jugan, la sainte qui a tant fait pour les vieillards sans le sou.

     

    Une figure spirituelle

     Afficher l'image d'origine

    Le 11 octobre 2009, en canonisant Jeanne Jugan (1792-1879), la fondatrice des Petites sœurs des pauvres, Benoît XVI a rendu hommage à son audace, mais aussi à sa simplicité d'âme face à l'injustice. Toute jeune, la petite Bretonne de Cancale est prête à servir: «Dieu me garde pour une œuvre qui n'est pas encore fondée». il lui faudra attendre l'âge de 47 ans! Un soir de l'hiver 1839, elle prend chez elle une vieille femme aveugle, à demi paralysée et abandonnée. Quatre ans plus tard, ils seront quarante vieillards autour de Jeanne et de trois jeunes compagnes. Ces dernières la choisissent comme supérieure de leur petite association qui s'achemine vers une communauté religieuse, prémices de la Congrégation des Petites sœurs des pauvres. Mais, alors que son œuvre suscite l'admiration de tous, Jeanne, devenue sœur Marie de la Croix, se voit destituée du titre de supérieure. À la négation de son œuvre, Jeanne répond par la douceur et l'abandon. «La sainteté est une force communicative», disait saint Ambroise: plus Jeanne se montre humble, plus les vocations se multiplient ! En 1852, elle se trouve reléguée au même rang que les novices. Au lieu de s'aigrir, Jeanne choisit de transmettre le véritable charisme de l’œuvre aux novices : «rendre les pauvres heureux»! À sa mort, 2400 sœurs sont présentes dans dix pays. Aujourd'hui; la Congrégation compte plus de 6000 sœurs dans trente et un pays. Toutes partagent le même idéal d'amour et de pauvreté. li est des saintes qui nous éblouissent par l'intensité de leur vie. Jeanne, elle, est restée dans l'ombre durant vingt-sept ans, mais le sillon spirituel qu'elle a tracé est encore d'une extraordinaire fécondité. Evelyne Montigny.

     

    Le mot de François

    "Personne ne peut être exclu de la miséricorde de Dieu. Tous connaissent la route pour y accéder, et l’Église est la maison qui accueille tout le monde et ne refuse personne. Ses portes restent grandes ouvertes, pour que ceux qui sont touchés par la grâce puissent trouver la certitude du pardon. Plus le péché est grand et plus grand doit être l’amour que l’Église exprime envers ceux qui se convertissent. Avec combien d’amour Jésus nous regarde !"

     

    Une prière

    Seigneur, tu m’as placé ici dans ce monde pour en être le sel. J’avais peur de m’engager, peur d’être souillé par le monde. Je ne voulais pas entendre ce « qu’ils » pouvaient dire. Et mon sel s’est dissous, comme dans l’eau. Pardonne-moi. Seigneur, tu m’as placé ici dans ce monde pour être sa lumière. J’avais peur des ténèbres, peur de la pauvreté. Je ne voulais pas connaître les autres. Et petit à petit, la lumière de la lampe a décliné. Pardonne-moi. Seigneur, tu m’as placé ici dans ce monde pour vivre en Église. C’est ainsi que tu m’as enseigné ton Amour, pour que je le partage dans ma vie, pour que je lutte afin d’obtenir pain et justice, pour que toute ma vie soit une hymne à ta gloire.

    « Une courte définition du mal Œuvres de miséricorde corporelle « J’étais malade et tu m’as visité. » (Mt 25, 36) »

19.03.2013