• Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Ferme mes yeux pour revoir tes merveilles

    J.F Frié — Chalet

    Ferme mes yeux pour revoir tes merveilles
    en ce moment que le jour fuit !
    Allume dans la nuit
    une clarté nouvelle !

    Que le silence alentour me console
    de la faiblesse de ma foi,
    puisque j'écoute en moi
    résonner ta parole !

    Jusqu'à demain, si se lève l'aurore,
    je t'abandonne mon esprit !
    Ta grâce me suffit,
    c'est elle que j'implore.

    Antienne

    Fais lever sur nous la lumière de ta face.

    Psaume : 4

    2 Quand je crie, réponds-moi,
    Dieu, ma justice !

    Toi qui me libères dans la détresse,
    pitié pour moi, écoute ma prière !

    3 Fils des hommes,
    jusqu'où irez-vous dans l'insulte à ma gloire, *
    l'amour du néant et la course au mensonge ?

    4 Sachez que le Seigneur a mis à part son fidèle,
    le Seigneur entend quand je crie vers lui.

    5 Mais vous, tremblez, ne péchez pas ;
    réfléchissez dans le secret, faites silence.

    6 Offrez les offrandes justes
    et faites confiance au Seigneur.

    7 Beaucoup demandent :
    « Qui nous fera voir le bonheur ? » *
    Sur nous, Seigneur, que s'illumine ton visage !

    8 Tu mets dans mon cœur plus de joie
    que toutes leurs vendanges et leurs moissons.

    9 Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, *
    car tu me donnes d'habiter, Seigneur,
    seul, dans la confiance.

    Antienne

    Les ténèbres s'en vont, déjà brille la vraie lumière.

    Psaume : 133

    1 Vous tous, bénissez le Seigneur,
    vous qui servez le Seigneur,
    qui veillez dans la maison du Seigneur
    au long des nuits.

    2 Levez les mains vers le sanctuaire,
    et bénissez le Seigneur.
    3 Que le Seigneur te bénisse de Sion,
    lui qui a fait le ciel et la terre !

    Parole de Dieu : Dt 6, 4-8a

    Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Ces commandements que je te donne aujourd’hui resteront gravés dans ton cœur. Tu les rediras à tes fils, tu les répéteras sans cesse, à la maison ou en voyage, que tu sois couché ou que tu sois levé.

    Répons

    R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

     

    V/ Tu es le Dieu fidèle qui garde son Alliance. R/

     

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

     

    Antienne de Syméon

    Avant de connaître la mort, tu verras le Christ, ton Sauveur.

    Cantique de Syméon (Lc 2)

    29 Maintenant, ô Maître souverain, +
    tu peux laisser ton serviteur s'en aller
    en paix, selon ta parole.

    30 Car mes yeux ont vu le salut
    31 que tu préparais à la face des peuples :

    32 lumière qui se révèle aux nations
    et donne gloire à ton peuple Israël.

    Oraison

    Dieu éternel, tu as écouté la prière de ton Christ, et tu l’as délivré de la mort ; ne permets pas que nos cœurs se troublent, rassure-nous dans notre nuit, comble-nous de ta joie, et nous attendrons dans le silence et la paix que se lève sur nous la lumière de la Résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

    Bénédiction

    Que le Seigneur nous bénisse,
    qu’il nous accorde une nuit tranquille
    et nous garde dans la paix. Amen.

    Hymne : Alma Redemptoris Mater,

    Alma Redemptoris Mater,
    quæ pervia cæli porta manes, et stella maris,
    succurre cadenti, surgere qui curat, populo :
    tu quæ genuisti, natura mirante,
    tuum sanctum Genitorem,
    Virgo prius ac posterius,
    Gabrielis ab ore sumens illud Ave,
    peccatorum miserere.

  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Où donc est ta demeure

    Cl. Bernard — SM

    Où donc est ta demeure,
    Agneau de Dieu qui nous invites ?
    Est-il enfin la dixième heure
    pour le disciple à ta recherche ?
    Car nul ne sait le jour ni l'heure
    où tu viendras nous dire :
    Venez et voyez !

    La joie de ta rencontre
    est la clarté qui transfigure ;
    est-elle vive au cœur du monde
    depuis ta Pâque de lumière ?
    Révèle-toi plus fort que l'ombre,
    toi dont l'Esprit murmure :
    Jésus est Seigneur !

    Remplis de ta présence,
    Dieu qui habites nos aurores,
    nous annonçons ta joie brûlante
    à tout vivant qui te recherche.
    Toi seul peux dire où prend naissance
    le cri de tes apôtres :
    Heureux ceux qui croient !

    Seigneur, comment te suivre
    avec la foi des pêcheurs d'hommes ?
    Pendant la nuit des barques vides,
    nous voulons croire à tes mains pleines.
    Passe à nouveau sur notre rive
    et clame-nous encore :
    Jetez les filets !

    Au seuil de ta demeure,
    ta croix, Jésus, nous fera signe,
    car tout apôtre aura son heure
    comme toi-même as eu la tienne.
    Reste avec nous, Dieu notre Maître,
    pour dire en tes disciples :
    Salut, Croix de vie !

    Antienne

    Jésus, voyant Pierre et André, les appela.

    Psaume : 115

    10 Je crois, et je parlerai,
    moi qui ai beaucoup souffert,
    11 moi qui ai dit dans mon trouble :
    « L'homme n'est que mensonge. »

    12 Comment rendrai-je au Seigneur
    tout le bien qu'il m'a fait ?
    13 J'élèverai la coupe du salut,
    j'invoquerai le nom du Seigneur.
    14 Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
    oui, devant tout son peuple !

    15 Il en coûte au Seigneur
    de voir mourir les siens !
    16 Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
       ton serviteur, le fils de ta servante, *
    moi, dont tu brisas les chaînes ?

    17 Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
    j'invoquerai le nom du Seigneur.
    18 Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
    oui, devant tout son peuple,
    19 à l'entrée de la maison du Seigneur,
    au milieu de Jérusalem !

    Antienne

    Venez, suivez-moi : je vous ferai pêcheurs d'hommes.

    Psaume : 125

    1 Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,*
    nous étions comme en rêve !

    2 Alors notre bouche était pleine de rires,
       nous poussions des cris de joie ; +
    alors on disait parmi les nations :
       « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » *
    3 Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
       nous étions en grande fête !

    4 Ramène, Seigneur, nos captifs,
    comme les torrents au désert.

    5 Qui sème dans les larmes
       moissonne dans la joie : +
    6 il s’en va, il s’en va en pleurant,
       il jette la semence ; *
    il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
       il rapporte les gerbes.

    Antienne

    Pierre et André, laissant leurs filets, suivirent Jésus, le Sauveur.

    Psaume : CANTIQUE (Ep 1).

    3 Qu'il soit béni, le Dieu et Père
    de notre Seigneur, Jésus, le Christ !

    Il nous a bénis et comblés
       des bénédictions de l'Esprit, *
    au ciel, dans le Christ.

    4 Il nous a choisis, dans le Christ,
       avant que le monde fût créé, *
    pour être saints et sans péchés devant sa face
       grâce à son amour.

    5 Il nous a prédestinés
       à être, pour lui, des fils adoptifs *
    par Jésus, le Christ.

    Ainsi l'a voulu sa bonté,
    6  à la louange de gloire de sa grâce, *
    la grâce qu'il nous a faite
       dans le Fils bien-aimé.

    7 En lui, par son sang, *
    nous avons le rachat,
       le pardon des péchés.

    8 C'est la richesse de sa grâce
       dont il déborde jusqu'à nous *
    en toute intelligence et sagesse.

    9 Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, *
    selon que sa bonté l'avait prévu dans le Christ :

    10 pour mener les temps à leur plénitude, +
    récapituler toutes choses dans le Christ, *
    celles du ciel et celles de la terre.

    Parole de Dieu : Ep 4, 11-13

    Les dons que le Christ a faits aux hommes, ce sont d'abord les Apôtres, puis les prophètes et les missionnaires de l'Évangile, et aussi les pasteurs et ceux qui enseignent. De cette manière, le peuple saint est organisé pour que les tâches du ministère soient accomplies, et que se construise le corps du Christ. Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l'état de l'Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ.

    Répons

    R/ Racontez à tous les peuples


    * la gloire du Seigneur.


    V/ À toutes les nations ses merveilles *


    V/ De jour en jour, proclamez son salut, *


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

    Antienne

    Béni sois-tu, André, Apôtre de Dieu et disciple du Christ ! Pour lui, comme ton frère, tu as subi le martyre.

    Cantique de Marie (Lc 1)

    47 Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

    48 Il s'est penché sur son humble servante ;
    désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

    49 Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !

    50 Son amour s'étend d'âge en âge
    sur ceux qui le craignent ;

    51 Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.

    52 Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.

    53 Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.

    54 Il relève Israël, son serviteur,
    il se souvient de son amour,

    55 de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

    Intercession

    Prenons appui sur la foi qui nous vient des Apôtres et prions Dieu pour son peuple saint :


    R/ Souviens-toi de ton Église, Seigneur.

    Père, tu as voulu que ton Fils ressuscité se manifeste à ses Apôtres,
    — fais de nous les témoins de sa résurrection.


    Toi qui as envoyé ton Fils porter aux pauvres la Bonne Nouvelle,
    — donne-nous d'annoncer l'Évangile.


    Toi qui as envoyé ton Fils semer la parole,
    — envoie des ouvriers à la moisson.


    Toi qui as envoyé ton Fils réconcilier le monde avec toi par son propre sang,
    — fais de nous des instruments de paix.


    Toi qui as fait asseoir ton Fils à ta droite dans les cieux,
    — accueille nos morts dans la joie de ton Royaume.


    Notre Père

    Oraison

    Seigneur, maître du monde, nous te supplions humblement : permets que l'Apôtre saint André, après avoir évangélisé et guidé ton Église, ne cesse d'intercéder pour nous.


  • André, frère de saint Pierre, est le premier des apôtres qui ait connu Jésus-Christ, aussitôt après son baptême sur les bords du Jourdain. Toutefois son appel définitif ne date que du moment où Jésus le rencontra avec son frère Simon, jetant les filets pour pêcher, dans le lac de Tibériade, et leur dit à tous deux : « Suivez-moi, je vous ferai pêcheurs d'hommes. » (Mt 4,19)

     

     

    Après la Pentecôte, André prêcha dans Jérusalem, la Judée, la Galilée, puis alla évangéliser les Scythes, les Éthiopiens, les Galates et divers autres peuples jusqu'au Pont-Euxin. Les prêtres de l'Achaïe prirent soin d'envoyer aux églises du monde entier la relation de son martyre, dont ils avaient été les témoins oculaires. Menacé du supplice de la croix : « Si je craignais ce supplice, dit-il, je ne prêcherais point la grandeur de la Croix. » Le peuple accourt en foule, de tous les coins de la province, à la défense de son apôtre et menace de mort le proconsul. Mais André se montre, calme la foule de chrétiens ameutés, les encourage à la résignation et leur recommande d'être prêts eux-mêmes au combat.

     

     

     

    Le lendemain, menacé de nouveau : « Ce supplice, dit-il au juge, est l'objet de mes désirs ; mes souffrances dureront peu, les vôtres dureront éternellement, si vous ne croyez en Jésus-Christ. » Le juge irrité le fit conduire au lieu du supplice. Chemin faisant, l'apôtre consolait les fidèles, apaisait leur colère et leur faisait part de son bonheur. D'aussi loin qu'il aperçut la croix, il s'écria d'une voix forte :

     

    « Je vous salue, ô Croix consacrée par le sacrifice du Sauveur ; vos perles précieuses sont les gouttes de son sang. Je viens à vous avec joie, recevez le disciple du Crucifié. Ô bonne Croix, si longtemps désirée, si ardemment aimée, rendez-moi à mon divin Maître. Que par vous je sois admis à la gloire de Celui qui par vous m'a sauvé. »

     

     

     

    Il se dépouilla lui-même de ses vêtements, les distribua aux bourreaux, puis fut lié à une croix d'une forme particulière, appelée depuis croix de Saint-André.

     

     

     

    Du haut de sa croix, il exhortait les fidèles et prêchait les païens, attendris eux-mêmes. Une demi-heure avant son dernier soupir, son corps fut inondé d'une lumière toute céleste, qui disparut au moment où il rendit l'âme.


  • Première lecture

    « La foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ » (Rm 10, 9-18)

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

    Frère,
        si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur,
    si, dans ton cœur, tu crois
    que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts,
    alors tu seras sauvé.
        Car c’est avec le cœur que l’on croit
    pour devenir juste,
    c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi
    pour parvenir au salut.
        En effet, l’Écriture dit :
    Quiconque met en lui sa foi
    ne connaîtra pas la honte.

        Ainsi, entre les Juifs et les païens,
    il n’y a pas de différence :
    tous ont le même Seigneur,
    généreux envers tous ceux qui l’invoquent.
        En effet,
    quiconque invoquera le nom du Seigneur
    sera sauvé.

        Or, comment l’invoquer,
    si on n’a pas mis sa foi en lui ?
    Comment mettre sa foi en lui,
    si on ne l’a pas entendu ?
    Comment entendre
    si personne ne proclame ?
        Comment proclamer
    sans être envoyé ?
    Il est écrit :
    Comme ils sont beaux, les pas des messagers
    qui annoncent les bonnes nouvelles !

        Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle.
    Isaïe demande en effet :
    Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler ?
        Or la foi naît de ce que l’on entend ;
    et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ.
        Alors, je pose la question :
    n’aurait-on pas entendu ?
    Mais si, bien sûr !
    Un psaume le dit :
    Sur toute la terre se répand leur message
    et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde.

        – Parole du Seigneur.

    Psaume

    (Ps 18 (19), 2-3, 4-5ab)

    R/ Par toute la terre s’en va leur message. (cf. Ps 18, 5a)

    Les cieux proclament la gloire de Dieu,
    le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
    Le jour au jour en livre le récit
    et la nuit à la nuit en donne connaissance.

    Pas de paroles dans ce récit,
    pas de voix qui s'entende ;
    mais sur toute la terre en paraît le message
    et la nouvelle, aux limites du monde.

    Évangile

    « Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent » (Mt 4, 18-22)

    Alléluia. Alléluia.
    Venez à ma suite, dit le Seigneur.
    Je vous ferai pêcheurs d’hommes.
    Alléluia. (Mt 4, 19)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
        comme Jésus marchait le long de la mer de Galilée,
    il vit deux frères,
    Simon, appelé Pierre,
    et son frère André,
    qui jetaient leurs filets dans la mer ;
    car c’étaient des pêcheurs.
        Jésus leur dit :
    « Venez à ma suite,
    et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
        Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

    De là, il avança et il vit deux autres frères,
    Jacques, fils de Zébédée,
    et son frère Jean,
    qui étaient dans la barque avec leur père,
    en train de réparer leurs filets.
    Il les appela.
        Aussitôt, laissant leur barque et leur père,
    ils le suivirent.

        – Acclamons la Parole de Dieu.


  • Introduction

    V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
    R/ et ma bouche publiera ta louange.

    Antienne invitatoire

    Seigneur Jésus, Roi des Apôtres, louange à toi !

    Psaume invitatoire : (94)

    1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
    acclamons notre Rocher, notre salut !
    2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
    par nos hymnes de fête acclamons-le !

    3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
    le grand roi au-dessus de tous les dieux :
    4 il tient en main les profondeurs de la terre,
    et les sommets des montagnes sont à lui ;
    5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
    et les terres, car ses mains les ont pétries.

    6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
    adorons le Seigneur qui nous a faits.
    7 Oui, il est notre Dieu ; +
    nous sommes le peuple qu'il conduit,
    le troupeau guidé par sa main.

    Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
    8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
    comme au jour de tentation et de défi,
    9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
    et pourtant ils avaient vu mon exploit.

    10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
    et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
    il n'a pas connu mes chemins.
    11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
    Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

    Hymne : Où donc est ta demeure

    Cl. Bernard — SM

    Où donc est ta demeure,
    Agneau de Dieu qui nous invites ?
    Est-il enfin la dixième heure
    pour le disciple à ta recherche ?
    Car nul ne sait le jour ni l'heure
    où tu viendras nous dire :
    Venez et voyez !

    La joie de ta rencontre
    est la clarté qui transfigure ;
    est-elle vive au cœur du monde
    depuis ta Pâque de lumière ?
    Révèle-toi plus fort que l'ombre,
    toi dont l'Esprit murmure :
    Jésus est Seigneur !

    Remplis de ta présence,
    Dieu qui habites nos aurores,
    nous annonçons ta joie brûlante
    à tout vivant qui te recherche.
    Toi seul peux dire où prend naissance
    le cri de tes apôtres :
    Heureux ceux qui croient !

    Seigneur, comment te suivre
    avec la foi des pêcheurs d'hommes ?
    Pendant la nuit des barques vides,
    nous voulons croire à tes mains pleines.
    Passe à nouveau sur notre rive
    et clame-nous encore :
    Jetez les filets !

    Au seuil de ta demeure,
    ta croix, Jésus, nous fera signe,
    car tout apôtre aura son heure
    comme toi-même as eu la tienne.
    Reste avec nous, Dieu notre Maître,
    pour dire en tes disciples :
    Salut, Croix de vie !

    Antienne

    L'un des premiers disciples qui suivirent Jésus fut André, le frère de Simon Pierre.

    Psaume : 62

    2 Dieu, tu es mon Dieu,
       je te cherche dès l’aube : *
    mon âme a soif de toi ;
    après toi languit ma chair,
    terre aride, altérée, sans eau.

    3 Je t’ai contemplé au sanctuaire,
    j’ai vu ta force et ta gloire.
    4 Ton amour vaut mieux que la vie :
    tu seras la louange de mes lèvres !

    5 Toute ma vie je vais te bénir,
    lever les mains en invoquant ton nom.
    6 Comme par un festin je serai rassasié ;
    la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

    7 Dans la nuit, je me souviens de toi
    et je reste des heures à te parler.
    8 Oui, tu es venu à mon secours :
    je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
    9 Mon âme s’attache à toi,
    ta main droite me soutient.
    [10-12]

    Antienne

    Le Seigneur chérissait André, le disciple qu'il avait choisi.

    Psaume : CANTIQUE des trois enfants (Dn 3)

    57 Toutes les œuvres du Seigneur,
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    58 Vous, les anges du Seigneur,
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    59 Vous, les cieux,
       bénissez le Seigneur,
    60 et vous, les eaux par-dessus le ciel,
       bénissez le Seigneur,
    61 et toutes les puissances du Seigneur,
       bénissez le Seigneur !

    62 Et vous, le soleil et la lune,
       bénissez le Seigneur,
    63 et vous, les astres du ciel,
       bénissez le Seigneur,
    64 vous toutes, pluies et rosées,
       bénissez le Seigneur !

    65 Vous tous, souffles et vents,
       bénissez le Seigneur,
    66 et vous, le feu et la chaleur,
       bénissez le Seigneur,
    67 et vous, la fraîcheur et le froid,
       bénissez le Seigneur !

    68 Et vous, le givre et la rosée,
       bénissez le Seigneur,
    69 et vous, le gel et le froid,
       bénissez le Seigneur,
    70 et vous, la glace et la neige,
       bénissez le Seigneur !

    71 Et vous, les nuits et les jours,
       bénissez le Seigneur,
    72 et vous, la lumière et les ténèbres,
       bénissez le Seigneur,
    73 et vous, les éclairs, les nuées,
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    74 Que la terre bénisse le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    75 Et vous, montagnes et collines,
       bénissez le Seigneur,
    76 et vous, les plantes de la terre,
       bénissez le Seigneur,
    77 et vous, sources et fontaines,
       bénissez le Seigneur !

    78 Et vous, océans et rivières,
       bénissez le Seigneur,
    79 baleines et bêtes de la mer,
       bénissez le Seigneur,
    80 vous tous, les oiseaux dans le ciel,
       bénissez le Seigneur,
    81 vous tous, fauves et troupeaux
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    82 Et vous, les enfants des hommes,
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    83 Toi, Israël,
       bénis le Seigneur,
    84 Et vous, les prêtres,
       bénissez le Seigneur,
    85 vous, ses serviteurs,
       bénissez le Seigneur !

    86 Les esprits et les âmes des justes,
       bénissez le Seigneur,
    87 les saints et les humbles de cœur,
       bénissez le Seigneur,
    88 Ananias, Azarias et Misaël,
       bénissez le Seigneur :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Bénissons le Père, le Fils et l'Esprit Saint :
    À lui, haute gloire, louange éternelle !
    56 Béni sois-tu, Seigneur, au firmament du ciel :
    À toi, haute gloire, louange éternelle !

    Antienne

    André dit à Simon, son frère : Nous avons trouvé le Messie.

    Psaume : 149

    1 Chantez au Seigneur un chant nouveau,
    louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
    2 En Israël, joie pour son créateur ;
    dans Sion, allégresse pour son Roi !
    3 Dansez à la louange de son nom,
    jouez pour lui, tambourins et cithares !

    4 Car le Seigneur aime son peuple,
    il donne aux humbles l’éclat de la victoire.
    5 Que les fidèles exultent, glorieux,
    criant leur joie à l’heure du triomphe.
    6 Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
    tenant en main l’épée à deux tranchants.

    7 Tirer vengeance des nations,
    infliger aux peuples un châtiment,
    8 charger de chaînes les rois,
    jeter les princes dans les fers,
    9 leur appliquer la sentence écrite,
    c’est la fierté de ses fidèles.

    Parole de Dieu : (Ep 2, 19-22)

    Vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes citoyens du peuple saint, membres de la famille de Dieu, car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l’Esprit Saint la demeure de Dieu.

    Répons

    R/ Par toute la terre s'en va leur message


    * et la Bonne Nouvelle aux limites du monde.


    V/ Annoncez à tous les peuples le salut,*


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

    Antienne de Zacharie

    Salut, croix inestimable ! Tu as porté le corps de mon maître : reçois son disciple.

    Cantique de Zacharie (Lc 1)

    68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
    qui visite et rachète son peuple.

    69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
    dans la maison de David, son serviteur,

    70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
    par ses prophètes, depuis les temps anciens :

    71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
    à la main de tous nos oppresseurs,

    72 amour qu'il montre envers nos pères,
    mémoire de son alliance sainte,

    73 serment juré à notre père Abraham
       de nous rendre sans crainte,

    74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
    75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
    en sa présence, tout au long de nos jours.

    76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
       prophète du Très-Haut : *
    tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
       et tu prépareras ses chemins

    77 pour donner à son peuple de connaître le salut
    par la rémission de ses péchés,

    78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
    quand nous visite l'astre d'en haut,

    79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
       et l'ombre de la mort, *
    pour conduire nos pas
       au chemin de la paix.

    Intercession

    Nous avons reçu des Apôtres un héritage spirituel,
    rendons grâce à Dieu notre Père pour les biens qu'il nous donne.


    R/

    Loué sois-tu, Seigneur !


    Loué sois-tu pour ta sainte Église édifiée sur les Apôtres :
    elle est le corps que nous formons.


    Loué sois-tu pour la Parole qu'ils nous ont fait connaître :
    elle est notre lumière et notre joie.


    Loué sois-tu pour le baptême et la pénitence qu'ils nous ont annoncés dans la foi :
    c'est là que nous sommes pardonnés.


    Loué sois-tu pour l'Eucharistie qu'ils nous ont transmise :
    elle est notre force et notre vie.


    Notre Père

    Oraison

    Seigneur, maître du monde, nous te supplions humblement : permets que l'Apôtre saint André, après avoir évangélisé et guidé ton Église, ne cesse d'intercéder pour nous.


  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : L'heure s'avance : fais-nous grâce

    C. Duchesneau — CNPL

    L'heure s'avance : fais-nous grâce,
    Toi dont le jour n'a pas de fin.
    Reste avec nous quand tout s'efface,
    Dieu des lumières sans déclin.

    Tu sais toi-même où sont nos peines :
    Porte au Royaume nos travaux.
    Sans toi, notre œuvre serait vaine :
    Viens préparer les temps nouveaux.

    Comme un veilleur attend l'aurore,
    Nous appelons le jour promis.
    Mais si la nuit demeure encore,
    Tiens-nous déjà pour tes amis.

    Dieu qui sans cesse nous enfantes,
    À toi ces derniers mots du jour !
    L'Esprit du Christ en nous les chante
    Et les confie à ton amour.

    Antienne

    Dans ma nuit, je crie vers toi, Seigneur.

    Psaume : 87

    2 Seigneur, mon Dieu et mon salut,
    dans cette nuit où je crie en ta présence,
    3 que ma prière parvienne jusqu’à toi,
    ouvre l’oreille à ma plainte.

    4 Car mon âme est rassasiée de malheur,
    ma vie est au bord de l’abîme ;
    5 on me voit déjà descendre à la fosse,*
    je suis comme un homme fini.

    6 Ma place est parmi les morts,
    avec ceux que l’on a tués, enterrés,
    ceux dont tu n’as plus souvenir,
    qui sont exclus, et loin de ta main.

    7 Tu m’as mis au plus profond de la fosse,
    en des lieux engloutis, ténébreux ;
    8 le poids de ta colère m’écrase,
    tu déverses tes flots contre moi.

    9 Tu éloignes de moi mes amis,
    tu m’as rendu abominable pour eux ;
    enfermé, je n’ai pas d’issue :
    10 à force de souffrir, mes yeux s’éteignent.

    Je t’appelle, Seigneur, tout le jour,
    je tends les mains vers toi :
    11 fais-tu des miracles pour les morts ?
    leur ombre se dresse-t-elle pour t’acclamer ?

    12 Qui parlera de ton amour dans la tombe,
    de ta fidélité au royaume de la mort ?
    13 Connaît-on dans les ténèbres tes miracles,
    et ta justice, au pays de l’oubli ?

    14 Moi, je crie vers toi, Seigneur ;
    dès le matin, ma prière te cherche :
    15 pourquoi me rejeter, Seigneur,
    pourquoi me cacher ta face ?

    16 Malheureux, frappé à mort depuis l’enfance,
    je n’en peux plus d’endurer tes fléaux ;
    17 sur moi, ont déferlé tes orages :
    tes effrois m’ont réduit au silence.

    18 Ils me cernent comme l’eau tout le jour,
    ensemble ils se referment sur moi.
    19 Tu éloignes de moi amis et familiers ;
    ma compagne, c’est la ténèbre.

    Parole de Dieu : Jr 14, 7-9b

    Si nos fautes parlent contre nous, agis, Seigneur, pour l’honneur de ton nom ! Tu es au milieu de nous, et ton nom a été invoqué sur nous ; ne nous abandonne pas, Seigneur, notre Dieu.

    Répons

    R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

     

    V/ Mes jours sont dans ta main, sauve-moi. R/

     

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

     

    Antienne de Syméon

    Sauve-nous, Seigneur, quand nous veillons ; garde-nous quand nous dormons : nous veillerons avec le Christ, et nous reposerons en paix.

    Cantique de Syméon (Lc 2)

    29 Maintenant, ô Maître souverain, +
    tu peux laisser ton serviteur s'en aller
    en paix, selon ta parole.

    30 Car mes yeux ont vu le salut
    31 que tu préparais à la face des peuples :

    32 lumière qui se révèle aux nations
    et donne gloire à ton peuple Israël.

    Oraison

    Seigneur notre Dieu, que la splendeur de la Résurrection nous illumine, pour que nous puissions échapper à l’ombre de la mort et parvenir à la lumière éternelle dans ton Royaume. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

    Bénédiction

    Que le Seigneur qui nous a sauvés par sa croix
    soit pour nous la résurrection et la vie. Amen.

    Hymne : Nous te saluons, Vierge Marie

    Nous te saluons, Vierge Marie,
    servante du Seigneur.
    Ta foi nous a donné
    l'Enfant de la promesse,
    la source de la vie.
    Ève nouvelle,
    montre-nous le Sauveur,
    Jésus Christ, notre frère,
    Sainte Mère de Dieu.

  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Regarde où nous risquons d’aller

    D. Rimaud — CNPL

    Regarde où nous risquons d’aller
    Tournant le dos
    À la cité
    De ta souffrance !
    Ta Pâque est lente aux yeux de chair
    De tes bourreaux :
    Explique-nous le livre ouvert
    À coups de lance.

    Comment marcherions-nous vers toi
    Quand il est tard,
    Si tu ne vas
    Où vont nos routes ?
    Ne manque pas aux pèlerins
    Mais viens t’asseoir :
    La nappe est mise pour le pain
    Et pour la coupe.

    Comment te saurons-nous vivant
    Et l’un de nous,
    Si tu ne prends
    Ces simples choses ?
    Partage-nous ton corps brisé
    Pour que le jour
    Se lève au fond des cœurs troublés
    Où tu reposes.

    Ce jour que nous sentons lever,
    Nous le voyons
    Dans la clarté
    De ton visage :
    Ne laisse pas le vent de nuit
    Ni les démons
    Éteindre en nous le feu qui luit
    Sur ton passage.

    Remets entre nos mains tendues
    À te chercher
    L’Esprit reçu
    De ta patience :
    Éclaire aussi l’envers du cœur
    Où le péché
    Revêt d’un masque de laideur
    Ta ressemblance.

    Antienne

    J’éprouvais la tristesse et l’angoisse : le Seigneur m’a sauvé, alléluia !

    Psaume : 114

    1 J'aime le Seigneur :
    il entend le cri de ma prière ;
    2 il incline vers moi son oreille :
    toute ma vie, je l'invoquerai.

    3 J'étais pris dans les filets de la mort,
       retenu dans les liens de l'abîme, *
    j'éprouvais la tristesse et l'angoisse ;
    4 j'ai invoqué le nom du Seigneur :
    « Seigneur, je t'en prie, délivre-moi ! »

    5 Le Seigneur est justice et pitié,
    notre Dieu est tendresse.
    6 Le Seigneur défend les petits :
    j'étais faible, il m'a sauvé.

    7 Retrouve ton repos, mon âme,
    car le Seigneur t'a fait du bien.
    8 Il a sauvé mon âme de la mort, *
    gardé mes yeux des larmes
    et mes pieds du faux pas.

    9 Je marcherai en présence du Seigneur
    sur la terre des vivants.

    Antienne

    Le secours me vient du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

    Psaume : 120

    1 Je lève les yeux vers les montagnes :
    d’où le secours me viendra-t-il ?
    2 Le secours me viendra du Seigneur
    qui a fait le ciel et la terre.

    3 Qu’il empêche ton pied de glisser,
    qu’il ne dorme pas, ton gardien.
    4 Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,
    le gardien d’Israël.

    5 Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,
    se tient près de toi.
    6 Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,
    ni la lune, durant la nuit.

    7 Le Seigneur te gardera de tout mal,
    il gardera ta vie.
    8 Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,
    maintenant, à jamais.

    Psaume : CANTIQUE (Ap 15)

    R/ Grandes sont tes œuvres, Seigneur !

    3 Grandes, merveilleuses, tes œuvres,
    Seigneur, Dieu de l'univers !

    Ils sont justes, ils sont vrais, tes chemins,
    Roi des nations. R/

    4 Qui ne te craindrait, Seigneur ?
    À ton nom, qui ne rendrait gloire ?

    Oui, toi seul es saint ! +
    Oui, toutes les nations viendront
       et se prosterneront devant toi ; *
    oui, ils sont manifestés, tes jugements. R/

    Parole de Dieu : 1 Co 2, 7-10a

    Nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture, ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse.

    Répons

    R/ La folie de la croix du Christ
    a révélé la sagesse de Dieu.


    V/ Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé. R/


    V/ De son côté ouvert ont jailli le sang et l’eau. R/


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

    Antienne

    Le Seigneur est justice et pitié, notre Dieu est tendresse.

    Cantique de Marie (Lc 1)

    47 Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

    48 Il s'est penché sur son humble servante ;
    désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

    49 Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !

    50 Son amour s'étend d'âge en âge
    sur ceux qui le craignent ;

    51 Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.

    52 Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.

    53 Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.

    54 Il relève Israël, son serviteur,
    il se souvient de son amour,

    55 de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

    Intercession

    Regardons Celui que nous avons transpercé et confessons notre foi :


    R/ Vraiment, tu es le Fils de Dieu !

    Béni sois-tu, Sauveur du genre humain, pour ta passion glorieuse :
    — ton sang nous a rachetés.


    De ton côté ouvert d’où jaillit l’eau vive, 
    — répands l’Esprit sur tous les hommes.


    Tu envoies au monde des témoins de ta résurrection :
    — qu’ils proclament ta croix victorieuse.


    Christ en agonie jusqu’à la fin du monde,
    — n’oublie pas les membres souffrants de ton Corps.


    Toi qui es sorti vivant du tombeau, 
    — éveille ceux qui sont endormis dans la mort.


    Notre Père

    Oraison

    Puisque ta sagesse inexprimable, Seigneur, se manifeste étonnamment dans le scandale de la croix, accorde-nous de savoir contempler la gloire dans la passion de ton Fils, pour que nous mettions dans sa croix notre espérance et notre fierté. Lui qui règne.


  • Première lecture

    « Je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme » (Dn 7, 2-14)

    Lecture du livre du prophète Daniel

    Daniel prit la parole et dit :
    « Au cours de la nuit, dans ma vision, je regardais.
    Les quatre vents du ciel soulevaient la grande mer.
        Quatre bêtes énormes sortirent de la mer,
    chacune différente des autres.
        La première ressemblait à un lion,
    et elle avait des ailes d’aigle.
    Tandis que je la regardais,
    ses ailes lui furent arrachées,
    et elle fut soulevée de terre et dressée sur ses pieds, comme un homme,
    et un cœur d’homme lui fut donné.
        La deuxième bête ressemblait à un ours ;
    elle était à moitié debout,
    et elle avait trois côtes d’animal dans la gueule, entre les dents.
    On lui dit : “Lève-toi, dévore beaucoup de viande !”
        Je continuais à regarder :
    je vis une autre bête, qui ressemblait à une panthère ;
    et elle avait quatre ailes d’oiseau sur le dos ;
    elle avait aussi quatre têtes.
    La domination lui fut donnée.
        Puis, au cours de la nuit, je regardais encore ;
    je vis une quatrième bête,
    terrible, effrayante, extraordinairement puissante ;
    elle avait des dents de fer énormes ;
    elle dévorait, déchiquetait et piétinait tout ce qui restait.
    Elle était différente des trois autres bêtes, et elle avait dix cornes.
        Comme je considérais ces cornes,
    il en poussa une autre, plus petite, au milieu ;
    trois des premières cornes furent arrachées devant celle-ci.
    Et cette corne avait des yeux comme des yeux d’homme,
    et une bouche qui tenait des propos délirants.

        Je continuai à regarder :
    des trônes furent disposés, et un Vieillard prit place ;
    son habit était blanc comme la neige,
    et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ;
    son trône était fait de flammes de feu,
    avec des roues de feu ardent.
        Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui.
    Des milliers de milliers le servaient,
    des myriades de myriades se tenaient devant lui.
    Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.
        Je regardais, j’entendais les propos délirants
    que vomissait la corne.
    Je regardais, et la bête fut tuée,
    son cadavre fut jeté au feu.
        Quant aux autres bêtes, la domination leur fut retirée,
    mais une prolongation de vie leur fut donnée,
    pour une période et un temps déterminés.
        Je regardais, au cours des visions de la nuit,
    et je voyais venir, avec les nuées du ciel,
    comme un Fils d’homme ;
    il parvint jusqu’au Vieillard,
    et on le fit avancer devant lui.
        Et il lui fut donné
    domination, gloire et royauté ;
    tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues
    le servirent.
    Sa domination est une domination éternelle,
    qui ne passera pas,
    et sa royauté,
    une royauté qui ne sera pas détruite. »

                – Parole du Seigneur.

    Cantique

    (Dn 3, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81)

    R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

    Et vous, montagnes et collines, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, les plantes de la terre, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, sources et fontaines, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, océans et rivières, bénissez le Seigneur. R/

    Baleines et bêtes de la mer, bénissez le Seigneur. R/

    Vous tous, les oiseaux dans le ciel, bénissez le Seigneur. R/

    Vous tous, fauves et troupeaux, bénissez le Seigneur. R/

    Évangile

    « Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche » (Lc 21, 29-33)

    Alléluia. Alléluia.
    Redressez-vous et relevez la tête,
    car votre rédemption approche.
    Alléluia. (Lc 21, 28)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        Jésus dit à ses disciples cette parabole :
    « Voyez le figuier et tous les autres arbres.
        Regardez-les :
    dès qu’ils bourgeonnent,
    vous savez que l’été est tout proche.
        De même, vous aussi,
    lorsque vous verrez arriver cela,
    sachez que le royaume de Dieu est proche.
        Amen, je vous le dis :
    cette génération ne passera pas
    sans que tout cela n’arrive.
        Le ciel et la terre passeront,
    mes paroles ne passeront pas. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.


  • Introduction

    V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
    R/ et ma bouche publiera ta louange.

    Antienne invitatoire

    Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d'amour.

    Psaume invitatoire : (94)

    1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
    acclamons notre Rocher, notre salut !
    2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
    par nos hymnes de fête acclamons-le !

    3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
    le grand roi au-dessus de tous les dieux :
    4 il tient en main les profondeurs de la terre,
    et les sommets des montagnes sont à lui ;
    5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
    et les terres, car ses mains les ont pétries.

    6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
    adorons le Seigneur qui nous a faits.
    7 Oui, il est notre Dieu ; +
    nous sommes le peuple qu'il conduit,
    le troupeau guidé par sa main.

    Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
    8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
    comme au jour de tentation et de défi,
    9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
    et pourtant ils avaient vu mon exploit.

    10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
    et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
    il n'a pas connu mes chemins.
    11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
    Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

    Hymne : Qui donc est Dieu pour se livrer perdant

    Servel — Chalet

    Qui donc est Dieu pour se livrer perdant
    aux mains de l’homme ?
    Qui donc est Dieu, qui pleure notre mal
    comme une mère ?

    R/Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?

    Qui donc est Dieu, qui tire de sa mort
    notre naissance ?
    Qui donc est Dieu pour nous ouvrir sa joie
    et son royaume ?

    Qui donc est Dieu pour nous donner son Fils
    né de la femme ?
    Qui donc est Dieu qui veut à tous ses fils
    donner sa mère ?

    Qui donc est Dieu pour être notre Pain
    à chaque cène ?
    Qui donc est Dieu pour appeler nos corps
    jusqu’en sa gloire ?

    Qui donc est Dieu ? L’Amour est-il son nom
    et son visage ?
    Qui donc est Dieu qui fait de nous ses fils
    à son image ?

    Antienne

    En ta tendresse, Seigneur, efface mon péché.

    Psaume : 50

    3 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
    selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
    4 Lave-moi tout entier de ma faute,
    purifie-moi de mon offense.

    5 Oui, je connais mon péché,
    ma faute est toujours devant moi.
    6 Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
    ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

    Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
    être juge et montrer ta victoire.
    7 Moi, je suis né dans la faute,
    j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

    8 Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
    dans le secret, tu m’apprends la sagesse.
    9 Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ;
    lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

    10 Fais que j’entende les chants et la fête :
    ils danseront, les os que tu broyais.
    11 Détourne ta face de mes fautes,
    enlève tous mes péchés.

    12 Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
    renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
    13 Ne me chasse pas loin de ta face,
    ne me reprends pas ton esprit saint.

    14 Rends-moi la joie d’être sauvé ;
    que l’esprit généreux me soutienne.
    15 Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
    vers toi, reviendront les égarés.

    16 Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
    et ma langue acclamera ta justice.
    17 Seigneur, ouvre mes lèvres,
    et ma bouche annoncera ta louange.

    18 Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
    tu n’acceptes pas d’holocauste.
    19 Le sacrifice qui plaît à Dieu,
       c’est un esprit brisé ; *
    tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
       un cœur brisé et broyé.

    20 Accorde à Sion le bonheur,
    relève les murs de Jérusalem.
    21 Alors tu accepteras de justes sacrifices,
       oblations et holocaustes ; *
    alors on offrira des taureaux sur ton autel.

    Antienne

    Souviens-toi, Seigneur, d'avoir pitié.

    Psaume : CANTIQUE d'Habaquq (Ha 3)

    2 Seigneur, j'ai entendu parler de toi ;
    devant ton œuvre, Seigneur, j'ai craint !
    Dans le cours des années, fais-la revivre,
    dans le cours des années, fais-la connaître !

    Quand tu frémis de colère,
    souviens-toi d'avoir pitié.

    3 Dieu vient de Téman,
    et le saint, du Mont de Paran ;
    sa majesté couvre les cieux,
    sa gloire emplit la terre.

    4 Son éclat est pareil à la lumière ; +
    deux rayons sortent de ses mains :
    là se tient cachée sa puissance.

    13 Tu es sorti pour sauver ton peuple
    pour sauver ton messie.

    15 Tu as foulé, de tes chevaux, la mer
    et le remous des eaux profondes.

    16 J'ai entendu et mes entrailles ont frémi ; +
    à cette voix, mes lèvres tremblent,
    la carie pénètre mes os.

    Et moi je frémis d'être là, +
    d'attendre en silence le jour d'angoisse
    qui se lèvera sur le peuple dressé contre nous.

    17 Le figuier n'a pas fleuri ;
    pas de récolte dans les vignes.
    Le fruit de l'olivier a déçu ;
    dans les champs, plus de nourriture.
    L'enclos s'est vidé de ses brebis,
    et l'étable, de son bétail.

    18 Et moi, je bondis de joie dans le Seigneur,
    j'exulte en Dieu, mon Sauveur !
    Le Seigneur mon Dieu est ma force ; +
    il me donne l'agilité du chamois,
    il me fait marcher dans les hauteurs.

    Antienne

    Alléluia !

    Psaume : 147

    12 Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
    Célèbre ton Dieu, ô Sion !

    13 Il a consolidé les barres de tes portes,
    dans tes murs il a béni tes enfants ;
    14 il fait régner la paix à tes frontières,
    et d’un pain de froment te rassasie.

    15 Il envoie sa parole sur la terre :
    rapide, son verbe la parcourt.
    16 Il étale une toison de neige,
    il sème une poussière de givre.

    17 Il jette à poignées des glaçons ;
    devant ce froid, qui pourrait tenir ?
    18 Il envoie sa parole : survient le dégel ;
    il répand son souffle : les eaux coulent.

    19 Il révèle sa parole à Jacob,
    ses volontés et ses lois à Israël.
    20 Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
    nul autre n’a connu ses volontés.

    Parole de Dieu : (Ep 2, 13-16)

    Maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang du Christ. C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, Israël et les païens, il a fait un seul peuple ; par sa chair crucifiée, il a fait tomber ce qui les séparait, le mur de la haine, en supprimant les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Il voulait ainsi rassembler les uns et les autres en faisant la paix, et créer en lui un seul Homme nouveau. Les uns comme les autres, réunis en un seul corps, il voulait les réconcilier avec Dieu par la croix : en sa personne, il a tué la haine.

    Répons

    R/ Par son sang, par sa croix, le Christ est notre paix.


    V/ Vous qui étiez loin, en lui vous êtes proches. R/


    V/ Il a tué la haine et fait de nous son corps. R/

    Antienne de Zacharie

    Par l'amour du cœur de notre Dieu, la lumière d'en haut vient nous visiter.

    Cantique de Zacharie (Lc 1)

    68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
    qui visite et rachète son peuple.

    69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
    dans la maison de David, son serviteur,

    70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
    par ses prophètes, depuis les temps anciens :

    71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
    à la main de tous nos oppresseurs,

    72 amour qu'il montre envers nos pères,
    mémoire de son alliance sainte,

    73 serment juré à notre père Abraham
       de nous rendre sans crainte,

    74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
    75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
    en sa présence, tout au long de nos jours.

    76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
       prophète du Très-Haut : *
    tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
       et tu prépareras ses chemins

    77 pour donner à son peuple de connaître le salut
    par la rémission de ses péchés,

    78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
    quand nous visite l'astre d'en haut,

    79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
       et l'ombre de la mort, *
    pour conduire nos pas
       au chemin de la paix.

    Intercession

    Seigneur Jésus, nous étions dans les ténèbres :
    — tu ouvres nos yeux à la lumière.


    R/

    Pour cette merveille : Alléluia !


    Seigneur Jésus, nous avions blasphémé ton nom : 
    — tu as pardonné notre faute.


    Seigneur Jésus, nous étions séparés de toi :
    — tu nous rétablis dans ton alliance.


    Seigneur Jésus, nous vivions désunis : 
    — tu nous rassembles dans ton Corps.


    Seigneur Jésus, nous étions morts : 
    — par ta mort, tu nous rends la vie.


    Notre Père

    Oraison

    Seigneur, tu nous fais maintenant la grâce de ta louange. Accorde-nous de pouvoir te chanter avec tous les saints, éternellement.


  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : En toi Seigneur, nos vies reposent

    CFC — CNPL

    En toi Seigneur, nos vies reposent
    Et prennent force dans la nuit ;
    Tu nous prépares à ton aurore
    Et tu nous gardes dans l'Esprit.

    Déjà levé sur d'autres terres,
    Le jour éveille les cités ;
    Ami des hommes, vois leur peine
    Et donne-leur la joie d'aimer.

    Vainqueur du mal et des ténèbres,
    Ô Fils de Dieu ressuscité,
    Délivre-nous de l'adversaire
    Et conduis-nous vers ta clarté !

    Antienne

    Garde-moi, mon Dieu, mon refuge est en toi.

    Psaume : 15

    1 Garde-moi, mon Dieu :
    j'ai fait de toi mon refuge.
    2 J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
    Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

    3 Toutes les idoles du pays,
       ces dieux que j'aimais, +
    ne cessent d'étendre leurs ravages, *
    et l'on se rue à leur suite.
    4 Je n'irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; *
    leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

    5 Seigneur, mon partage et ma coupe :
    de toi dépend mon sort.
    6 La part qui me revient fait mes délices ;
    j'ai même le plus bel héritage !

    7 Je bénis le Seigneur qui me conseille :
    même la nuit mon cœur m'avertit.
    8 Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
    il est à ma droite : je suis inébranlable.

    9 Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
    ma chair elle-même repose en confiance :
    10 tu ne peux m'abandonner à la mort
    ni laisser ton ami voir la corruption.

    11 Tu m'apprends le chemin de la vie : +
    devant ta face, débordement de joie !
    À ta droite, éternité de délices !

    Parole de Dieu : 1 Th 5, 23

    Que le Dieu de la paix lui-même vous sanctifie tout entiers, et qu’il garde parfaits et sans reproche votre esprit, votre âme et votre corps, pour la venue de notre Seigneur Jésus Christ.

    Répons

    R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

     

    V/ Je suis sûr de toi, tu es mon Dieu. R/

     

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

     

    Antienne de Syméon

    Sauve-nous, Seigneur, quand nous veillons ; garde-nous quand nous dormons : nous veillerons avec le Christ, et nous reposerons en paix.

    Cantique de Syméon (Lc 2)

    29 Maintenant, ô Maître souverain, +
    tu peux laisser ton serviteur s'en aller
    en paix, selon ta parole.

    30 Car mes yeux ont vu le salut
    31 que tu préparais à la face des peuples :

    32 lumière qui se révèle aux nations
    et donne gloire à ton peuple Israël.

    Oraison

    Seigneur, notre part d’héritage, donne-nous de ne chercher qu’en toi notre bonheur et d’attendre avec confiance, au-delà de la nuit de notre mort, la joie de vivre en ta présence. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

    Bénédiction

    Que la paix de Dieu
    garde notre cœur et nos pensées
    dans le Christ Jésus, notre Seigneur. Amen.

    Hymne : Salve, Regina, mater misericordiæ

    Salve, Regina, mater misericordiæ ;
    vita dulcedo et spes nostra, salve.
    Ad te clamamus, exsules filii Evæ.
    Ad te suspiramus, gementes et flentes
    in hac lacrimarum valle.

    Eia ergo, advocata nostra,
    illos tuos misericordes oculos
    ad nos converte.
    Et Iesum, benedictum fructum ventris tui,
    nobis post hoc exsilium ostende.
    Ô clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria.

  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Ô Père, Source de l’amour

    C. Tassin — SM

    Ô Père,
    Source de l’amour,
    Tu nous as gardés en ce jour
    Dans ta tendresse.
    Si je n’ai pas compris ta voix,
    Ce soir je rentre auprès de toi,
    Et ton pardon me sauvera
    De la tristesse.

    Seigneur,
    Étoile sans déclin,
    Toi qui vis aux siècles sans fin,
    Près de ton Père !
    Ta main, ce jour, nous a conduits,
    Ton corps, ton sang nous ont nourris :
    Reste avec nous en cette nuit,
    Sainte lumière.

    Seigneur,
    Esprit de vérité,
    Ne refuse pas ta clarté
    À tous les hommes.
    Éteins la haine dans les cœurs,
    Et que les pauvres qui ont peur
    D’un lendemain sans vrai bonheur
    En paix s’endorment.

    Seigneur,
    Reviendras-tu ce soir
    Pour combler enfin notre espoir
    Par ta présence ?
    La table est mise en ta maison
    Où près de toi nous mangerons.
    Pour ton retour, nous veillerons
    Pleins d’espérance.

    Antienne

    Il aura souci du malheureux ; il sauvera le pauvre et le faible.

    Psaume : 71 - I

    1 Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
    à ce fils de roi ta justice.
    2 Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
    qu’il fasse droit aux malheureux !

    3 Montagnes, portez au peuple la paix,
    collines, portez-lui la justice !
    4 Qu’il fasse droit aux malheureux de son peuple,
    qu’il sauve les pauvres gens, qu’il écrase l’oppresseur !

    5 Qu’il dure sous le soleil et la lune
    de génération en génération !
    6 Qu’il descende comme la pluie sur les regains,
    une pluie qui pénètre la terre.

    7 En ces jours-là, fleurira la justice,
    grande paix jusqu’à la fin des lunes !
    8 Qu’il domine de la mer à la mer,
    et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

    9 Des peuplades s’inclineront devant lui,
    ses ennemis lècheront la poussière.
    10 Les rois de Tarsis et des Iles
    apporteront des présents.

    Les rois de Saba et de Seba
    feront leur offrande.
    11 Tous les rois se prosterneront devant lui,
    tous les pays le serviront.

    Antienne

    J’ai fait de toi la lumière des peuples, mon salut jusqu’au bout du monde.

    Psaume : 71 - II

    12 Il délivrera le pauvre qui appelle
    et le malheureux sans recours.
    13 Il aura souci du faible et du pauvre,
    du pauvre dont il sauve la vie.

    14 Il les rachète à l’oppression, à la violence ;
    leur sang est d’un grand prix à ses yeux.
    15 Qu’il vive ! On lui donnera l’or de Saba. *
    On priera sans relâche pour lui ;
       tous les jours, on le bénira.

    16 Que la terre jusqu’au sommet des montagnes
       soit un champ de blé : *
    et ses épis onduleront comme la forêt du Liban !
    Que la ville devienne florissante
    comme l’herbe sur la terre !

    17 Que son nom dure toujours ;
    sous le soleil, que subsiste son nom !
    En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
    que tous les pays le disent bienheureux !

    18 Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,
    lui seul fait des merveilles !
    19 Béni soit à jamais son nom glorieux,
    toute la terre soit remplie de sa gloire !
       Amen ! Amen !

    Antienne

    Il a pris possession de son règne, le Seigneur Dieu, Maître de tout !

    Psaume : CANTIQUE (Ap 11-12)

    11.17 À toi, nous rendons grâce, +
    Seigneur, Dieu de l'univers, *
    toi qui es, toi qui étais !

    Tu as saisi ta grande puissance
    et pris possession de ton règne.

    18 Les peuples s'étaient mis en colère, +
    alors, ta colère est venue *
    et le temps du jugement pour les morts,

    le temps de récompenser tes serviteurs,
       les saints, les prophètes, *
    ceux qui craignent ton nom,
       les petits et les grands.

    12.10 Maintenant voici le salut +
    et le règne et la puissance de notre Dieu, *
    voici le pouvoir de son Christ !

    L'accusateur de nos frères est rejeté, *
    lui qui les accusait, jour et nuit,
       devant notre Dieu.

    11 Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, +
    par la parole dont ils furent les témoins : *
    renonçant à l'amour d'eux-mêmes,
       jusqu'à mourir.

    12 Soyez donc dans la joie, *
    cieux,
       et vous, habitants des cieux !

    Parole de Dieu : 1 P 1, 22-23

    En obéissant à la vérité, vous vous êtes purifiés pour vous aimer sincèrement comme des frères. D’un cœur pur, aimez-vous intensément les uns les autres, car Dieu vous a fait renaître, non pas d’une semence périssable, mais d’une semence impérissable, sa parole vivante qui demeure.

    Répons

    R/ Pour toujours, ta parole, Seigneur,
    se dresse dans les cieux !


    V/ Ta fidélité demeure d’âge en âge. R/


    V/ Jamais je n’oublierai tes commandements. R/


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

    Antienne

    Exaltez le Seigneur : il comble de biens les affamés.

    Cantique de Marie (Lc 1)

    47 Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

    48 Il s'est penché sur son humble servante ;
    désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

    49 Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !

    50 Son amour s'étend d'âge en âge
    sur ceux qui le craignent ;

    51 Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.

    52 Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.

    53 Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.

    54 Il relève Israël, son serviteur,
    il se souvient de son amour,

    55 de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

    Intercession

    Prions le Christ, lumière des nations et joie de tous les vivants :


    R/ La nuit, pour toi, n’est pas ténèbre.

    Lumière de lumière et Verbe de Dieu, tu es venu sauver les hommes :
    — conduis les catéchumènes à la connaissance de la vérité.


    Tu veux nous délivrer de la puissance des ténèbres : 
    — chasse l’obscurité de nos cœurs.


    Tu veux que l’intelligence de l’homme perce les secrets de la nature :
    — fais que la science serve la vie pour l’éclat de ta gloire.


    Tu veux que nous rendions la terre habitable à tous :
    — que ta parole éclaire ceux qui travaillent à ta justice.


    Toi qui ouvres aux croyants les portes que nul ne peut fermer :
    — mène nos frères défunts sur le chemin de la lumière.


    Notre Père

    Oraison

    Dieu, qui accordes le ciel en récompense à ceux qui veillent au service de ta louange, nous t'en prions, enlève les ténèbres de nos cœurs pour que nous ayons la joie de contempler sans fin ta lumière.


  • Livre de Daniel 6,12-28.

    En ces jours-là, les hommes qui avaient comploté contre lui se précipitèrent et le surprirent en train de prier et de supplier en présence de son Dieu.
    Ils allèrent trouver le roi et lui dirent : « N’as-tu pas fait mettre par écrit cette interdiction : Tout homme qui, dans les trente jours à venir, adressera une prière à un dieu ou à un homme autre que le roi, sera jeté dans la fosse aux lions ? » Le roi répondit : « Oui, c’est la décision que j’ai prise. Et, selon la loi des Mèdes et des Perses, elle est irrévocable. »
    Ils dirent alors au roi : « Daniel, un des déportés de Juda, ne tient compte ni de toi, ni de ton interdiction, ô roi ; trois fois par jour, il fait sa prière. »
    En apprenant cela, le roi fut très contrarié et se préoccupa de sauver Daniel. Jusqu’au coucher du soleil, il chercha comment le soustraire à la mort.
    Les mêmes hommes revinrent à la charge auprès du roi : « N’oublie pas, ô roi, que, selon la loi des Mèdes et des Perses, toute interdiction, tout décret porté par le roi est irrévocable. »
    Alors le roi ordonna d’emmener Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions. Il dit à Daniel : « Ton Dieu, que tu sers avec tant de constance, c’est lui qui te délivrera ! »
    On apporta une plaque de pierre, on la plaça sur l’ouverture de la fosse ; le roi la scella avec le cachet de son anneau et celui des grands du royaume, pour que la condamnation de Daniel fût irrévocable.
    Puis le roi rentra dans son palais ; il passa la nuit sans manger ni boire, il ne fit venir aucune concubine, il ne put trouver le sommeil.
    Il se leva dès l’aube, au petit jour, et se rendit en hâte à la fosse aux lions.
    Arrivé près de la fosse, il appela Daniel d’une voix angoissée : « Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu, que tu sers avec tant de constance, a-t-il pu te faire échapper aux lions ? »
    Daniel répondit : « Ô roi, puisses-tu vivre à jamais !
    Mon Dieu a envoyé son ange, qui a fermé la gueule des lions. Ils ne m’ont fait aucun mal, car j’avais été reconnuinnocent devant lui ; et devant toi, ô roi, je n’avais rien fait de criminel. »
    Le roi ressentit une grande joie et ordonna de tirer Daniel de la fosse. On l’en retira donc, et il n’avait aucune blessure, car il avait eu foi en son Dieu.
    Le roi ordonna d’amener les accusateurs de Daniel et de les jeter dans la fosse aux lions, avec leurs enfants et leurs femmes ; or, avant même qu’ils soient au fond de la fosse, les lions les avaient happés et leur avaient broyé les os.
    Alors le roi Darius écrivit à tous les peuples, nations et gens de toutes langues, qui habitent sur toute la terre : « Que votre paix soit grande !
    Voici l’ordre que je donne : Dans toute l’étendue de mon empire, on doit trembler de crainte devant le Dieu de Daniel, car il est le Dieu vivant, il demeure éternellement ; son règne ne sera pas détruit, sa souveraineté n’aura pas de fin.
    Il délivre et il sauve, il accomplit des signes et des prodiges, au ciel et sur la terre, lui qui a sauvé Daniel de la griffe des lions. »

     

    Livre de Daniel 3,68.69.70.71.72.73.74.

    Et vous, le givre et la rosée, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    et vous, le gel et le froid, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Et vous, la glace et la neige, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Et vous, les nuits et les jours, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Et vous, la lumière et les ténèbres, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

     

    Et vous, les éclairs, les nuées, bénissez le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Que la terre bénisse le Seigneur.
    À lui, haute gloire, louange éternelle !

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,20-28.

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
    « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche.
    Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville,
    car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture.
    Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple.
    Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli.
    Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots.
    Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées.
    Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire.
    Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. »

     

     

     


  • Introduction

    V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
    R/ et ma bouche publiera ta louange.

     

    Antienne invitatoire

    Allez vers le Seigneur parmi les chants d'allégresse.

    Psaume invitatoire : (94)

    1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
    acclamons notre Rocher, notre salut !
    2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
    par nos hymnes de fête acclamons-le !

    3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
    le grand roi au-dessus de tous les dieux :
    4 il tient en main les profondeurs de la terre,
    et les sommets des montagnes sont à lui ;
    5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
    et les terres, car ses mains les ont pétries.

    6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
    adorons le Seigneur qui nous a faits.
    7 Oui, il est notre Dieu ; +
    nous sommes le peuple qu'il conduit,
    le troupeau guidé par sa main.

    Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
    8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
    comme au jour de tentation et de défi,
    9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
    et pourtant ils avaient vu mon exploit.

    10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
    et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
    il n'a pas connu mes chemins.
    11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
    Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

     

    Hymne : Père du premier mot

    D. Rimaud — CNPL

    Père du premier mot
    Jailli dans le premier silence
    Où l’homme a commencé,
    Entends monter vers toi,
    Comme en écho,
    Nos voix
    Mêlées aux chants que lance
    Ton Bien-Aimé.

    Père du premier jour
    Levé sur les premières terres
    Au souffle de l’Esprit,
    Voici devant tes yeux,
    Comme en retour,
    Le feu
    Qui prend au cœur les frères
    De Jésus Christ.

    Père du premier fruit
    Gonflé de la première sève
    Au monde ensemencé,
    Reçois le sang des grains
    Qui ont mûri,
    Et viens
    Remplir les mains qui cherchent
    Ton Premier-Né.

     

    Antienne

    Réveille, ô Dieu, ta vaillance, et viens à notre secours.

    Psaume : 79

    2 Berger d’Israël, écoute,
    toi qui conduis Joseph, ton troupeau :
    resplendis au-dessus des Kéroubim,
    3 devant Éphraïm, Benjamin, Manassé !
    Réveille ta vaillance
    et viens nous sauver.

    R/ 4 Dieu, fais-nous revenir ; *
    que ton visage s’éclaire,
       et nous serons sauvés !

    5 Seigneur, Dieu de l’univers, *
    vas-tu longtemps encore
       opposer ta colère aux prières de ton peuple,
    6 le nourrir du pain de ses larmes, *
    l’abreuver de larmes sans mesure ?
    7 Tu fais de nous la cible des voisins :
    nos ennemis ont vraiment de quoi rire !

    R/ 8 Dieu, fais-nous revenir ; *
    que ton visage s’éclaire,
       et nous serons sauvés !

    9 La vigne que tu as prise à l’Égypte,
    tu la replantes en chassant des nations.
    10 Tu déblaies le sol devant elle,
    tu l’enracines pour qu’elle emplisse le pays.

    11 Son ombre couvrait les montagnes,
    et son feuillage, les cèdres géants ;
    12 elle étendait ses sarments jusqu’à la mer,
    et ses rejets, jusqu’au Fleuve.

    13 Pourquoi as-tu percé sa clôture ?
    Tous les passants y grappillent en chemin ;
    14 le sanglier des forêts la ravage
    et les bêtes des champs la broutent.

    (R/) 15 Dieu de l’univers, reviens !

    Du haut des cieux, regarde et vois :
    visite cette vigne, protège-la,
    16 celle qu’a plantée ta main puissante,
    le rejeton qui te doit sa force.
    17 La voici détruite, incendiée ;
    que ton visage les menace, ils périront !

    18 Que ta main soutienne ton protégé,
    le fils de l’homme qui te doit sa force.
    19 Jamais plus nous n’irons loin de toi :
    fais-nous vivre et invoquer ton nom !

    R/ 20 Seigneur, Dieu de l’univers,
       fais-nous revenir ; *
    que ton visage s’éclaire,
       et nous serons sauvés.

     

    Antienne

    Exultant de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut.

    Psaume : CANTIQUE d'Isaïe (Is 12)

    1 Seigneur, je te rends grâce : +
    ta colère pesait sur moi, *
    mais tu reviens de ta fureur
       et tu me consoles.

    2 Voici le Dieu qui me sauve : *
    j'ai confiance, je n'ai plus de crainte.
    Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ; *
    il est pour moi le salut.

    3 Exultant de joie,
       vous puiserez les eaux *
    aux sources du salut.

    4 Ce jour-là, vous direz :
       « Rendez grâce au Seigneur, *
    proclamez son nom,
       annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! »

    Redites-le : « Sublime est son nom ! »+
    5 Jouez pour le Seigneur, *
    car il a fait les prodiges
       que toute la terre connaît.

    6 Jubilez, criez de joie,
       habitants de Sion, *
    car il est grand au milieu de toi,
       le Saint d'Israël !

     

    Antienne

    Criez de joie pour Dieu, notre force ; acclamez le Dieu de Jacob.

    Psaume : 80

    2 Criez de joie pour Dieu, notre force,
    acclamez le Dieu de Jacob.

    3 Jouez, musiques, frappez le tambourin,
    la harpe et la cithare mélodieuse.
    4 Sonnez du cor pour le mois nouveau,
    quand revient le jour de notre fête.

    5 C’est là, pour Israël, une règle,
    une ordonnance du Dieu de Jacob ;
    6 Il en fit, pour Joseph, une loi
    quand il marcha contre la terre d’Égypte.

    J’entends des mots qui m’étaient inconnus : +
    7 « J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ;
    ses mains ont déposé le fardeau.

    8 « Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé ; +
    je répondais, caché dans l’orage,
    je t’éprouvais près des eaux de Mériba.

    9 « Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ;
    vas-tu m’écouter, Israël ?
    10 Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux,
    tu ne serviras aucun dieu étranger.

    11 « C’est moi, le Seigneur ton Dieu, +
    qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte !
    Ouvre ta bouche, moi, je l’emplirai.

    12 « Mais mon peuple n’a pas écouté ma voix,
    Israël n’a pas voulu de moi.
    13 Je l’ai livré à son cœur endurci :
    qu’il aille et suive ses vues !

    14 « Ah ! Si mon peuple m’écoutait,
    Israël, s’il allait sur mes chemins !
    15 Aussitôt j’humilierais ses ennemis,
    contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

    16 « Mes adversaires s’abaisseraient devant lui ;
    tel serait leur sort à jamais !
    17 Je le nourrirais de la fleur du froment,
    je le rassasierais avec le miel du rocher ! »

     

    Parole de Dieu : (Rm 14, 17-19)

    Le royaume de Dieu ne consiste pas en des questions de nourriture ou de boisson ; il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint. Celui qui sert le Christ de cette manière-là plaît à Dieu, et il est approuvé par les hommes. Recherchons donc ce qui contribue à la paix, et ce qui nous associe les uns aux autres en vue de la même construction.

    Répons

    R/ Que la paix de Dieu
    garde nos pensées dans le Christ.


    V/ Réjouissons-nous en tout temps. R/


    V/ Tenons ferme dans la parole. R/


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

     

    Antienne de Zacharie

    Dieu nous apporte le salut, œuvre d'amour de son coeur.

    Cantique de Zacharie (Lc 1)

    68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
    qui visite et rachète son peuple.

    69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
    dans la maison de David, son serviteur,

    70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
    par ses prophètes, depuis les temps anciens :

    71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
    à la main de tous nos oppresseurs,

    72 amour qu'il montre envers nos pères,
    mémoire de son alliance sainte,

    73 serment juré à notre père Abraham
       de nous rendre sans crainte,

    74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
    75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
    en sa présence, tout au long de nos jours.

    76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
       prophète du Très-Haut : *
    tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
       et tu prépareras ses chemins

    77 pour donner à son peuple de connaître le salut
    par la rémission de ses péchés,

    78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
    quand nous visite l'astre d'en haut,

    79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
       et l'ombre de la mort, *
    pour conduire nos pas
       au chemin de la paix.

     

    Intercession

    Pour tous nos frères, prions le Maître de la vie :


    Ceux qui s’éveillent, 
    — qu’ils s’éveillent à toi.


    Ceux qui vont au travail, 
    — qu’ils travaillent pour toi.


    Ceux qui restent dans leur maison, 
    — qu’ils y restent avec toi.


    Ceux qui rentrent du travail, 
    — qu’ils se reposent auprès de toi.


    Ceux qui sont malades ou désespérés, 
    — qu’ils se tournent vers toi.

    Ceux qui vont passer la mort, 
    — qu’ils meurent en toi.


    Notre Père

    Oraison

    Nous te prions, Seigneur, toi qui es la vraie lumière et le créateur de la lumière : garde-nous attentifs à ta loi pour que nous vivions dans ta clarté.

     


  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Avant la fin de la lumière

    DP — AELF

    Avant la fin de la lumière,
    Nous te prions, Dieu créateur,
    Pour que, fidèle à ta bonté,
    Tu nous protèges, tu nous gardes.

    Que loin de nous s'enfuient les songes,
    Et les angoisses de la nuit.
    Préserve-nous de l'ennemi :
    Que ton amour sans fin nous garde.

    Exauce-nous, Dieu, notre Père,
    Par Jésus Christ, notre Seigneur,
    Dans l'unité du Saint-Esprit,
    Régnant sans fin dans tous les siècles.

    Antienne

    Dieu, ma forteresse et mon abri !

    Psaume : 30 - I

    2 En toi, Seigneur, j'ai mon refuge ;
    garde-moi d'être humilié pour toujours.

    Dans ta justice, libère-moi ;
    3 écoute, et viens me délivrer.
    Sois le rocher qui m'abrite,
    la maison fortifiée qui me sauve.

    4 Ma forteresse et mon roc, c'est toi :
    pour l'honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.
    5 Tu m'arraches au filet qu'ils m'ont tendu ;
    oui, c'est toi mon abri.

    6 En tes mains je remets mon esprit ;
    tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
    7 Je hais les adorateurs de faux dieux,
    et moi, je suis sûr du Seigneur.

    8 Ton amour me fait danser de joie :
    tu vois ma misère et tu sais ma détresse.
    9 Tu ne m'as pas livré aux mains de l'ennemi ;
    devant moi, tu as ouvert un passage.

    Antienne

    Près de toi se trouve le pardon.

    Psaume : 129

    1 Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
    2 Seigneur, écoute mon appel ! *
    Que ton oreille se fasse attentive
    au cri de ma prière !

    3 Si tu retiens les fautes, Seigneur,
    Seigneur, qui subsistera ? *
    4 Mais près de toi se trouve le pardon
    pour que l’homme te craigne.

    5 J’espère le Seigneur de toute mon âme ; *
    je l’espère, et j’attends sa parole.

    6 Mon âme attend le Seigneur
    plus qu’un veilleur ne guette l’aurore. *
    Plus qu’un veilleur ne guette l’aurore,
    7 attends le Seigneur, Israël.

    Oui, près du Seigneur, est l’amour ;
    près de lui, abonde le rachat. *
    8 C’est lui qui rachètera Israël
    de toutes ses fautes.

    Parole de Dieu : Ep 4, 30.32

    En vue de votre délivrance, vous avez reçu en vous la marque du Saint-Esprit de Dieu : ne le contristez pas. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

    Répons

    R/ En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

     

    V/ Tu vois ma misère, tu sais ma détresse. R/

     

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

     

    Antienne de Syméon

    Sauve-nous, Seigneur, quand nous veillons ; garde-nous quand nous dormons : nous veillerons avec le Christ, et nous reposerons en paix.

    Cantique de Syméon (Lc 2)

    29 Maintenant, ô Maître souverain, +
    tu peux laisser ton serviteur s'en aller
    en paix, selon ta parole.

    30 Car mes yeux ont vu le salut
    31 que tu préparais à la face des peuples :

    32 lumière qui se révèle aux nations
    et donne gloire à ton peuple Israël.

    Oraison

    Seigneur Jésus Christ, dont le joug est facile et le fardeau léger, nous venons remettre en tes mains le fardeau de ce jour, accorde-nous de trouver près de toi le repos. Toi qui règnes pour les siècles des siècles.

    Bénédiction

    Que Dieu, dans sa toute-puissance,
    éloigne de nous le mal,
    et nous tienne en sa bénédiction. Amen.

    Hymne : Heureuse es-tu, Vierge Marie !

    Heureuse es-tu, Vierge Marie !
    Par toi, le salut est entré dans le monde.
    Comblée de gloire, tu te réjouis devant le Seigneur,
    tu cries de joie à l'ombre de ses ailes.
    Sainte Mère de Dieu,
    prie pour nous, pauvres pécheurs.

  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,
    R/ Seigneur, à notre secours.

    Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
    au Dieu qui est, qui était et qui vient,
    pour les siècles des siècles.
    Amen. (Alléluia.)

    Hymne : Ouvre mes yeux, Seigneur

    M. Scouarnec — CNPL

    Ouvre mes yeux, Seigneur,
    Aux merveilles de ton amour.
    Je suis l’aveugle sur le chemin ;
    Guéris-moi, je veux te voir.

    Ouvre mes mains, Seigneur,
    Qui se ferment pour tout garder.
    Le pauvre a faim devant ma maison ;
    Apprends-moi à partager.

    Fais que je marche, Seigneur,
    Aussi dur que soit le chemin.
    Je veux te suivre jusqu’à la croix ;
    Viens me prendre par la main.

    Fais que j’entende, Seigneur,
    Tous mes frères qui crient vers moi.
    À leur souffrance et à leurs appels,
    Que mon cœur ne soit pas sourd !

    Garde ma foi, Seigneur :
    Tant de voix proclament ta mort !
    Quand vient le soir, et le poids du jour,
    Ô Seigneur, reste avec moi.

    Antienne

    Lui seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle : je suis inébranlable.

    Psaume : 61

    2 Je n’ai de repos qu’en Dieu seul,
    mon salut vient de lui.

    R/ 3 Lui seul est mon rocher, mon salut,
    ma citadelle : je suis inébranlable.

    4 Combien de temps tomberez-vous sur un homme
       pour l’abattre, vous tous, *
    comme un mur qui penche,
       une clôture qui croule ?

    5 Détruire mon honneur est leur seule pensée : +
       ils se plaisent à mentir. *
    Des lèvres, ils bénissent ;
       au fond d’eux-mêmes, ils maudissent.

    6 Je n’ai mon repos qu’en Dieu seul ;
    oui, mon espoir vient de lui.

    R/ 7Lui seul est mon rocher, mon salut,
    ma citadelle : je reste inébranlable.

    8 Mon salut et ma gloire
       se trouvent près de Dieu. *
    Chez Dieu, mon refuge,
       mon rocher imprenable !

    9 Comptez sur lui en tous temps,
       vous, le peuple. *
    Devant lui épanchez votre cœur :
       Dieu est pour nous un refuge.

    10 L’homme n’est qu’un souffle,
       les fils des hommes, un mensonge : *
    sur un plateau de balance, tous ensemble,
       ils seraient moins qu’un souffle.

    11 N’allez pas compter sur la fraude
       et n’aspirez pas au profit ; *
    si vous amassez des richesses,
       n’y mettez pas votre cœur.

    12 Dieu a dit une chose,
       deux choses que j’ai entendues. +
    Ceci : que la force est à Dieu ;
    13 à toi, Seigneur, la grâce ! *
    Et ceci : tu rends à chaque homme
       selon ce qu’il fait.

    Antienne

    À toi, Dieu, la louange unanime des peuples !

    Psaume : 66

    2 Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
    que son visage s’illumine pour nous ;
    3 et ton chemin sera connu sur la terre,
    ton salut, parmi toutes les nations.

    R/ 4 Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
    qu’ils te rendent grâce tous ensemble !

    5 Que les nations chantent leur joie,
    car tu gouvernes le monde avec justice ;
    tu gouvernes les peuples avec droiture,
    sur la terre, tu conduis les nations.

    R/ 6 Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
    qu’ils te rendent grâce tous ensemble !

    7 La terre a donné son fruit ;
    Dieu, notre Dieu, nous bénit.
    8 Que Dieu nous bénisse,
    et que la terre tout entière l’adore !

    Psaume : CANTIQUE (Col 1)

    R/ Gloire à toi, premier-né d'entre les morts !

    12 Rendons grâce à Dieu le Père, +
    lui qui nous a donné
       d'avoir part à l'héritage des saints, *
    dans la lumière.

    13 Nous arrachant à la puissance des ténèbres, +
    il nous a placés
       dans le Royaume de son Fils bien-aimé : *
    14 en lui nous avons le rachat,
       le pardon des péchés. R/

    15 Il est l'image du Dieu invisible, +
       le premier-né, avant toute créature : *
    16 en lui, tout fut créé,
       dans le ciel et sur la terre.

    Les êtres visibles et invisibles, +
    puissances, principautés,
       souverainetés, dominations, *
    tout est créé par lui et pour lui.

    17 Il est avant toute chose,
    et tout subsiste en lui. R/

    18 Il est aussi la tête du corps, la tête de l'Église : +
    c'est lui le commencement,
       le premier-né d'entre les morts, *
    afin qu'il ait en tout la primauté.

    19 Car Dieu a jugé bon
       qu'habite en lui toute plénitude *
    20 et que tout, par le Christ,
       lui soit enfin réconcilié,

    faisant la paix par le sang de sa Croix, *
    la paix pour tous les êtres
       sur la terre et dans le ciel. R/

    Parole de Dieu : 1 P 5, 5b-7

    Revêtez-vous tous d’humilité dans vos rapports les uns avec les autres. En effet Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce. Tenez-vous donc humblement sous la main puissante de Dieu pour qu’il vous élève quand le jugement viendra. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis puisqu’il s’occupe de vous.

    Répons

    R/ Qu’est-ce que l’homme, Seigneur,
    pour que tu le visites ?


    * Tu mets toute chose à ses pieds.


    V/ L’homme ici-bas n’est qu’un souffle. *


    V/ Tu l’as voulu un peu moindre qu’un Dieu. *

    Antienne

    À toi, Dieu, toute gloire ! À toi, Seigneur, la grâce !

    Cantique de Marie (Lc 1)

    47 Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

    48 Il s'est penché sur son humble servante ;
    désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

    49 Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !

    50 Son amour s'étend d'âge en âge
    sur ceux qui le craignent ;

    51 Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.

    52 Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.

    53 Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.

    54 Il relève Israël, son serviteur,
    il se souvient de son amour,

    55 de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

    Intercession

    Dieu se révèle aux pauvres et aux petits. Prions-le dans la simplicité du cœur :


    R/ En ta tendresse, écoute nos prières.

    Que tous les peuples te reconnaissent vrai Dieu,
    et Jésus Christ, le Sauveur que tu as envoyé.


    Souviens-toi de ton Église : garde-la de tout mal ;
    qu’elle grandisse en ton amour.


    Souviens-toi de nos parents, de nos amis, de nos bienfaiteurs.


    Souviens-toi de ceux qui portent le poids du jour.


    Dieu de miséricorde, souviens-toi de ceux qui sont morts aujourd’hui : qu’ils entrent dans ton Royaume.


    Notre Père

    Oraison

    Seigneur, ton nom est saint, ton amour s’étend d’âge en âge ; reçois la prière de ton Église et fais-lui la grâce de ta louange.


  • Première lecture

    « Soudain on vit apparaître les doigts d’une main d’homme qui se mirent à écrire » (Dn 5, 1-6.13-14.16-17.23-28)

    Lecture du livre du prophète Daniel

    En ces jours-là,
        le roi Balthazar donna un somptueux festin
    pour les grands du royaume au nombre de mille,
    et il se mit à boire du vin en leur présence.
        Excité par le vin,
    il fit apporter les vases d’or et d’argent
    que son père Nabucodonosor
    avait enlevés au temple de Jérusalem ;
    il voulait y boire, avec ses grands, ses épouses et ses concubines.
        On apporta donc les vases d’or
    enlevés du Temple, de la maison de Dieu à Jérusalem,
    et le roi, ses grands, ses épouses et ses concubines
    s’en servirent pour boire.
        Après avoir bu, ils entonnèrent la louange
    de leurs dieux d’or et d’argent,
    de bronze et de fer, de bois et de pierre.

        Soudain on vit apparaître, en face du candélabre,
    les doigts d’une main d’homme
    qui se mirent à écrire
    sur la paroi de la salle du banquet royal.
    Lorsque le roi vit cette main qui écrivait,
        il changea de couleur,
    son esprit se troubla,
    il fut pris de tremblement,
    et ses genoux s’entrechoquèrent.
        On fit venir Daniel devant le roi,
    et le roi lui dit :
    « Es-tu bien Daniel,
    l’un de ces déportés
    amenés de Juda par le roi mon père ?
        J’ai entendu dire qu’un esprit des dieux réside en toi,
    et qu’on trouve chez toi
    une clairvoyance, une intelligence
    et une sagesse extraordinaires.
        J’ai entendu dire aussi que tu es capable
    de donner des interprétations
    et de résoudre des questions difficiles.
    Si tu es capable de lire cette inscription
    et de me l’interpréter,
    tu seras revêtu de pourpre,
    tu porteras un collier d’or
    et tu seras le troisième personnage du royaume. »
        Daniel répondit au roi :
    « Garde tes cadeaux,
    et offre à d’autres tes présents !
    Moi, je lirai au roi l’inscription
    et je lui en donnerai l’interprétation.
        Tu t’es élevé contre le Seigneur du ciel ;
    tu t’es fait apporter les vases de sa Maison,
    et vous y avez bu du vin,
    toi, les grands de ton royaume, tes épouses et tes concubines ;
    vous avez entonné la louange de vos dieux d’or et d’argent,
    de bronze et de fer, de bois et de pierre,
    ces dieux qui ne voient pas, qui n’entendent pas,
    qui ne savent rien.
    Mais tu n’as pas rendu gloire
    au Dieu qui tient dans sa main
    ton souffle et tous tes chemins.
        C’est pourquoi il a envoyé cette main
    et fait tracer cette inscription.
        En voici le texte :
    Mené, Mené, Teqèl, Ou-Pharsine.
        Et voici l’interprétation de ces mots :
    Mené (c’est-à-dire “compté”) :
    Dieu a compté les jours de ton règne
    et y a mis fin ;
        Teqèl (c’est-à-dire “pesé”) :
    tu as été pesé dans la balance,
    et tu as été trouvé trop léger ;
        Ou-Pharsine (c’est-à-dire “partagé”) :
    ton royaume a été partagé
    et donné aux Mèdes et aux Perses. »

                – Parole du Seigneur.

    Cantique

    (Dn 3, 62, 63, 64, 65, 66, 67)

    R/ À lui, haute gloire, louange éternelle ! (Dn 3, 57)

    Et vous, le soleil et la lune, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, les astres du ciel, bénissez le Seigneur. R/

    Vous toutes, pluies et rosées, bénissez le Seigneur. R/

    Vous tous, souffles et vents, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, le feu et la chaleur, bénissez le Seigneur. R/

    Et vous, la fraîcheur et le froid, bénissez le Seigneur. R/

    Évangile

    « Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu » (Lc 21, 12-19)

    Alléluia. Alléluia.
    Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur,
    et je te donnerai la couronne de la vie.
    Alléluia. (Ap 2, 10)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
        « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
    on vous livrera aux synagogues et aux prisons,
    on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs,
    à cause de mon nom.
        Cela vous amènera à rendre témoignage.
        Mettez-vous donc dans l’esprit
    que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
        C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse
    à laquelle tous vos adversaires
    ne pourront ni résister ni s’opposer.
        Vous serez livrés même par vos parents,
    vos frères, votre famille et vos amis,
    et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
        Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
        Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
        C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.


  • Introduction

    V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
    R/ et ma bouche publiera ta louange.

    Antienne invitatoire

    Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur.

    Psaume invitatoire : (94)

    1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
    acclamons notre Rocher, notre salut !
    2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
    par nos hymnes de fête acclamons-le !

    3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
    le grand roi au-dessus de tous les dieux :
    4 il tient en main les profondeurs de la terre,
    et les sommets des montagnes sont à lui ;
    5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
    et les terres, car ses mains les ont pétries.

    6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
    adorons le Seigneur qui nous a faits.
    7 Oui, il est notre Dieu ; +
    nous sommes le peuple qu'il conduit,
    le troupeau guidé par sa main.

    Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
    8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
    comme au jour de tentation et de défi,
    9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
    et pourtant ils avaient vu mon exploit.

    10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
    et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
    il n'a pas connu mes chemins.
    11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
    Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

    Hymne : Tel un brouillard qui se déchire

    CFC — CNPL

    Tel un brouillard qui se déchire
    Et laisse émerger une cime,
    Ce jour nous découvre, indicible,
    Un autre jour, que l’on devine.

    Tout rayonnant d’une promesse,
    Déjà ce matin nous entraîne,
    Figure de l’aube éternelle,
    Sur notre route quotidienne.

    Vienne l’Esprit pour nous apprendre
    À voir dans ce jour qui s’avance
    L’espace où mûrit notre attente
    Du jour de Dieu, notre espérance.

    Antienne

    Dieu, la sainteté est ton chemin ! Quel Dieu est grand comme toi ?

    Psaume : 76

    2 Vers Dieu, je crie mon appel !
    Je crie vers Dieu : qu’il m’entende !

    3 Au jour de la détresse, je cherche le Seigneur ; +
    la nuit, je tends les mains sans relâche,
    mon âme refuse le réconfort.

    4 Je me souviens de Dieu, je me plains ;
    je médite et mon esprit défaille.
    5 Tu refuses à mes yeux le sommeil ;
    je me trouble, incapable de parler.

    6 Je pense aux jours d’autrefois,
    aux années de jadis ;
    7 la nuit, je me souviens de mon chant,
    je médite en mon cœur, et mon esprit s’interroge.

    8 Le Seigneur ne fera-t-il que rejeter,
    ne sera-t-il jamais plus favorable ?
    9 Son amour a-t-il donc disparu ?
    S’est-elle éteinte, d’âge en âge, la parole ?

    10 Dieu oublierait-il d’avoir pitié,
    dans sa colère a-t-il fermé ses entrailles ?
    11 J’ai dit : « Une chose me fait mal,
    la droite du Très-Haut a changé. »

    12 Je me souviens des exploits du Seigneur,
    je rappelle ta merveille de jadis ;
    13 je me redis tous tes hauts faits,
    sur tes exploits je médite.

    14 Dieu, la sainteté est ton chemin !
    Quel Dieu est grand comme Dieu ?

    15 Tu es le Dieu qui accomplis la merveille,
    qui fais connaître chez les peuples ta force :
    16 tu rachetas ton peuple avec puissance,
    les descendants de Jacob et de Joseph.

    17 Les eaux, en te voyant, Seigneur, +
    les eaux, en te voyant, tremblèrent,
    l’abîme lui-même a frémi.

    18 Les nuages déversèrent leurs eaux, +
    les nuées donnèrent de la voix,
    la foudre frappait de toute part.

    19 Au roulement de ta voix qui tonnait, +
    tes éclairs illuminèrent le monde,
    la terre s’agita et frémit.

    20 Par la mer passait ton chemin, +
    tes sentiers, par les eaux profondes ;
    et nul n’en connaît la trace.

    21 Tu as conduit comme un troupeau ton peuple
    par la main de Moïse et d’Aaron.

    Antienne

    Béni soit Dieu qui rabaisse les puissants et relève le faible !

    Psaume : CANTIQUE d'Anne (1 S 2)

    1 Mon cœur exulte à cause du Seigneur ;
    mon front s'est relevé grâce à mon Dieu !
    Face à mes ennemis, s'ouvre ma bouche :
    oui, je me réjouis de ta victoire !

    2 Il n'est pas de Saint pareil au Seigneur. +
       – Pas d'autre Dieu que toi ! – *
    Pas de Rocher pareil à notre Dieu !

    3 Assez de paroles hautaines,
    pas d'insolence à la bouche 
    Le Seigneur est le Dieu qui sait,
    qui pèse nos actes.

    4 L'arc des forts sera brisé,
    mais le faible se revêt de vigueur.
    5 Les plus comblés s'embauchent pour du pain,
    et les affamés se reposent.
    Quand la stérile enfante sept fois,
    la femme aux fils nombreux dépérit.

    6 Le Seigneur fait mourir et vivre ;
    il fait descendre à l'abîme et en ramène.
    7 Le Seigneur rend pauvre et riche ;
    il abaisse et il élève.

    8 De la poussière il relève le faible,
    il retire le pauvre de la cendre
    pour qu'il siège parmi les princes
    et reçoive un trône de gloire.

    Au Seigneur, les colonnes de la terre :
    sur elles, il a posé le monde !
    9 Il veille sur les pas de ses fidèles,
    et les méchants périront dans les ténèbres.
    La force ne rend pas l'homme vainqueur :
    10 les adversaires du Seigneur seront brisés.

    Le Très-Haut tonnera dans les cieux ;
    le Seigneur jugera la terre entière.
    Il donnera la puissance à son roi,
    il relèvera le front de son messie.

    Antienne

    Tu es, Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre !

    Psaume : 96

    1 Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
    Joie pour les îles sans nombre !

    2 Ténèbre et nuée l'entourent,
    justice et droit sont l'appui de son trône.
    3 Devant lui s'avance un feu
    qui consume alentour ses ennemis.

    4 Quand ses éclairs illuminèrent le monde,
    la terre le vit et s'affola ;
    5 les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
    devant le Maître de toute la terre.

    6 Les cieux ont proclamé sa justice,
    et tous les peuples ont vu sa gloire.
    7 Honte aux serviteurs d'idoles qui se vantent de vanités !
    À genoux devant lui, tous les dieux !

    8 Pour Sion qui entend, grande joie ! *
    Les villes de Juda exultent
    devant tes jugements, Seigneur !

    9 Tu es, Seigneur, le Très-Haut
    sur toute la terre : *
    tu domines de haut tous les dieux.

    10 Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur, +
    car il garde la vie de ses fidèles *
    et les arrache aux mains des impies.

    11 Une lumière est semée pour le juste,
    et pour le cœur simple, une joie.
    12 Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
    rendez grâce en rappelant son nom très saint.

    Parole de Dieu : (Rm 8, 35.37)

    Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? La détresse ? L’angoisse ? La persécution ? La faim ? Le dénuement ? Le danger ? Le supplice ? En tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.

    Répons

    R/ Je peux tout en celui qui me fortifie,


    V/ Dans l’angoisse, dans les épreuves. R/


    V/ Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort. R/


    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

    Antienne de Zacharie

    Servons le Seigneur dans la justice et la sainteté véritables.

    Cantique de Zacharie (Lc 1)

    68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
    qui visite et rachète son peuple.

    69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
    dans la maison de David, son serviteur,

    70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
    par ses prophètes, depuis les temps anciens :

    71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
    à la main de tous nos oppresseurs,

    72 amour qu'il montre envers nos pères,
    mémoire de son alliance sainte,

    73 serment juré à notre père Abraham
       de nous rendre sans crainte,

    74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
    75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
    en sa présence, tout au long de nos jours.

    76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
       prophète du Très-Haut : *
    tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
       et tu prépareras ses chemins

    77 pour donner à son peuple de connaître le salut
    par la rémission de ses péchés,

    78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
    quand nous visite l'astre d'en haut,

    79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
       et l'ombre de la mort, *
    pour conduire nos pas
       au chemin de la paix.

    Intercession

    Dans la paix de l'Esprit Saint, prions le Seigneur Dieu :


    R/

    Kyrie eleison.


    Pour que l’Église grandisse
    et que les chrétiens demeurent dans l’unité,


    Pour la famille de Dieu,
    ici rassemblée au nom du Christ,


    Pour le peuple chrétien et pour ses pasteurs,
    le pape, les évêques et les prêtres,


    Pour que le travail de ce jour nous rapproche de Dieu
    et nous procure le pain quotidien,


    Pour nos frères qui souffrent
    dans leur âme ou dans leur corps.


    Notre Père

    Oraison

    Tu as voulu, Seigneur, que la puissance de l’Évangile travaille le monde à la manière d’un ferment ; veille sur tous ceux qui ont à répondre à leur vocation chrétienne au milieu des occupations de ce monde : qu’ils cherchent toujours l’Esprit du Christ, pour qu’en accomplissant leurs tâches d’hommes, ils travaillent à l’avènement de ton Règne.


  • Le mariage

    Le mariage est l’alliance entre un homme et une femme unis par un même amour. Dans cette alliance se révèle le plus pleinement l’histoire des alliances entre Dieu et l’humanité scellée dans l’amour du Christ qui a donné sa vie pour nous. Le sacrement de mariage sanctifie l’union d’un homme et d’une femme et situe l’amour des époux au cœur de l’amour de Dieu pour l’humanité.

    C’est un engagement pris devant Dieu. La dignité de cet engagement s’articule sur les quatre piliers que scelle l’échange des consentements : la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité. Chacun des fiancés doit être pleinement libre au moment de son engagement. Les conjoints se promettent fidélité, et cette promesse est source de confiance réciproque.

     
     

    Le mariage en questions

     
    1
    2
    6
    5
    4
    3
     
     

    Éclairages

     
    • personnes âgées grands-parents senior

      L’amour dans le mariage

      Présentation du chapitre quatre d’Amoris laetitia, provenant de l’édition annotée de « La joie de l’amour » aux éditions Lessius Fidélité (2016), avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Une chose frappe dans ce long chapitre central : parlant d’amour, il sera question et des hommes[...]

    • 16

      Le mariage, source d’amour bénéfique et régénérant

      Homélie de Jean-Paul II lors de l'Eucharistie pour le Jubilé des Familles "Que nous bénisse le Seigneur, source de vie". Très chers frères et sœurs, l'invocation que nous avons répétée dans le psaume synthétise bien la prière quotidienne de chaque famille chrétienne et, aujourd'hui, en cette célébration eucharistique jubilaire, elle exprime de façon efficace le sens de notre rencontre.

    • foi couple mariage

      La foi chrétienne permet-elle d’éclairer la décision de se marier ?

      Le mariage est une réalité humaine. La décision ne doit pas dépendre de la foi. Il ne faut pas demander au sacrement de mariage de faire, chaque jour, un miracle pour sauver un couple qui n'était pas fait pour vivre ensemble. Les épreuves qu'aujourd'hui un homme et une femme qui se marient devront traverser durant leur vie sont nombreuses : les fiancés doivent mettre toutes les chances de leur côté.

    jesus mariage
     

    tv.catholique.fr

     
    Vidéos sur le mariage
     

    liturgie.catholique.fr

     

    mariage liturgiecatho

     


  • Mystères joyeux

     

    i

    L’Annonciation. L’ange Gabriel annonce à Marie : « Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus » (Lc 1, 31). Jésus veut dire « Dieu sauve ». Le salut s’accomplit par l’Incarnation. Pour sauver l’homme Dieu se fait homme. Le corps humain et non le Temple de Jérusalem devient la demeure de Dieu parmi les hommes.

    La Vierge Marie devient « le buisson ardent » car en elle brûle sans se consumer la flamme de l’amour divin. En Jésus « habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité » (Col 2, 9). Comme Jacob à Béthel, nous pouvons nous exclamer : « Dieu est en ce lieu et je ne le savais pas ! » (Gn 28, 16).
    Qu’avons-nous en commun avec Dieu ? La vie ? L’amour ? La raison ? L’image et la ressemblance ? Nous avons en commun avec Dieu l’humanité. L’une des trois personnes de la Trinité, le Fils, est homme. C’est cette humanité commune à Dieu et à chacun qui fonde la dignité sacrée de la personne, le dialogue des religions et les droits humains.

    La Visitation. « Le Seigneur a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles » (Lc 1, 52), prie Marie dans le Magnificat en rencontrant sa cousine Élisabeth. Dieu enrichit l’humanité par la pauvreté de son Fils Jésus. Loin de dominer les hommes par sa force, le Fils de Dieu s’humilie lui-même en devenant fragile comme nous. Son corps humain connaît la faim, la soif, la fatigue, la souffrance… Par son abaissement, il exalte les humiliés qui comptent sur Dieu. Mystère paradoxal qui nous renvoie à Pâques où le Crucifié répand la Gloire de Dieu.

    La naissance de Jésus. À Bethléem, Jésus est né dans une crèche. Certains historiens évoquent plutôt une grotte. Une étable n’est jamais un endroit propre et bien éclairé. Notre cœur non plus n’est pas limpide et pourtant Jésus vient y naître par la foi. La naissance de chaque enfant de ce monde n’est jamais très propre. Nous naissons dans le sang et les larmes. Il en va de même de notre naissance à la vie de Dieu qui passe par la recherche de Dieu, le péché et le repentir dans la lumière de la grâce.

    La Présentation de Jésus au Temple et la purification de la Vierge Marie (photo). Par trois fois, saint Luc précise l’action du Saint-Esprit dans la démarche de Syméon qui accueille l’enfant Jésus dans ses bras. L’Esprit Saint repose sur lui. L’Esprit Saint l’avertit. L’Esprit Saint le pousse intérieurement à se rendre au Temple.
    La vie spirituelle n’est rien d’autre que la vie dans l’Esprit Saint. C’est lui le grand protagoniste de nos journées et de nos victoires spirituelles contre l’esprit du mal. Viens Esprit Saint !

    Le Recouvrement de Jésus au Temple. Saint Luc évangéliste souligne que ni Marie ni Joseph n’ont compris la parole de Jésus : « Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père ? » (Lc 2, 49). Comme chaque chrétien, Marie et Joseph ont vécu dans la foi et de la foi. Ils ont commencé chaque journée sans connaître ce qu’ils allaient vivre mais ils savaient avec qui ils marchaient. Une autre appellation du Messie, l’Emmanuel, « Dieu avec nous », donne la clé nécessaire pour croire. Nous ne sommes pas seuls dans le cosmos. Le Sauveur fait route avec nous. Croire, c’est marcher avec Jésus.

    Quant à Marie, « elle garde fidèlement toutes ces choses dans son cœur » (Lc 2, 51). C’est dans le cœur de Marie qu’est née la prière du Rosaire. C’est dans le cœur de Marie que chaque disciple de Jésus trouve accueil et consolation : « Voici ta mère » (Jn 19,27).


  • L’année liturgique permet de revivre l’ensemble de l’histoire du salut et de la vie du Christ, au cours d’une année.

    Elle reprend les événements principaux de la vie du Christ : sa naissance (Noël) sa mort et sa résurrection (Pâques), le don de l’Esprit (Pentecôte).

    Les grandes fête sont précédées d’un temps d’attente

    L’année Liturgique commence le 1er dimanche de l’Avent quatre semaines avant Noël.

    Elle s’achève avec le dimanche du Christ roi (un des derniers dimanches du mois de novembre).

    Le calendrier liturgique fait aussi mémoire de saints.

     

     

    Les Temps liturgiques

    L’année est divisée en plusieurs temps :

    • L’Avent on se prépare à Noël pendant 4 semaines. Du premier dimanche de l’Avent à la veille de Noël.
    • Un temps ordinaire  : du lendemain du Baptême de Jésus jusqu’à la veille du Mercredi des Cendres.
    • Le Carême  : du Mercredi des Cendres jusqu’à la veille de Pâques.
    • Le Temps pascal  : du jour de Pâques jusqu’à la Pentecôte .
    • Un temps ordinaire : de la Pentecôte jusqu’à la fête du Christ Roi.

    A chaque temps Liturgique correspond une couleur Liturgique

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
19.03.2013